2022-04-12 14.35.32

Le récit de la Fresque des Nouveaux Récits

Le nouveau récit des fondateurs de l'association

Article du Monde, du 24 décembre 2026

Economie – Une enquête IFOP publiée ce 24 décembre 2026 révèle que la croyance en la possibilité d’une croissance infinie dans un monde fini n’est plus dominante aujourd’hui. Cette croyance a en effet été remplacée par la conscience d’un monde dans lequel chacun de nos actes, petits et grands, ont un impact sur l’habitabilité de la planète pour l’espèce humaine. En somme, l’imaginaire véhiculé par la Donut économie. 

Comment ce changement de paradigme a-t-il bien pu s’opérer? Retour sur une épopée qui prend sa source dans la montée en puissance d’un atelier original : la Fresque des Nouveaux Récits.

Il faut remonter à janvier 2022 pour constater l’ampleur prise par le phénomène “Fresque”, initié par la Fresque du Climat fin 2018. Parmi les ateliers d’intelligence collective qui comptent, la Fresque des Nouveaux Récits a fait une entrée remarquée grâce à son site internet publié à cette époque. “Nous sommes heureux de permettre aux pionniers de la transition désireux de se projeter dans une société désirable et compatible avec les limites planétaires de développer leur imaginaire à travers cet atelier” indiquaient alors Alexis Klein et Benoît Rolland de Ravel, co-fondateurs de la FdNR, dans un communiqué publié en janvier 2022.

Né de l’idée de proposer aux participants une expérience unique pour mieux comprendre l’origine des désordres écologiques et sociaux actuels, ainsi que les verrous socio-cognitifs à la nécessaire transition, le concept de la FdNR a séduit de plus en plus de monde. “La communauté s’est enrichie considérablement cette année, un signe que la société évolue dans le bon sens” se réjouissait alors Laëtitia, pionnière et membre de l’association qui a vu le jour en mars de cette même année.

Cet atelier original a connu des débuts un peu laborieux, et a pu sortir de l’ombre grâce à la publication de son remarquable site internet à cette même période. “Nous avons opté pour un logo sobre rappelant la donut economy” expliquait à cette époque Célia, en charge de la communication pour l’association.

Opportuniste, la FdNR a su profiter de l’engouement de sa grande sœur sur le Climat pour se propulser vers une nouvelle dimension grâce à un partenariat conclu entre les deux ateliers courant 2023.

En effet, les 25 000 animateurs de la Fresque du Climat étaient invités à participer à la FdNR pour compléter leurs compétences d’accompagnement au passage à l’action en matière de lutte contre le dérèglement climatique. 

Parmi eux, près de 2 000 participants étaient rassemblés sous la bannière d’EDF qui, à la suite de son opération de sensibilisation via la FdC à tous ses salariés, avait décidé d’offrir l’expérience à tous ceux qui avaient contribué au succès de l’opération. 

Très bien reçu par ses salariés à l’époque, ce cadeau d’EDF à ses pionniers internes de la transition avait été ponctué par un événement de communication pour conclure l’année 2023. Il visait notamment à présenter l’évolution de la raison d’être de l’entreprise, qui allait désormais intégrer la notion de sobriété. A cette occasion, des personnalités publiques invitées pour l’évènement telles que Cyril Dion, Sandrine Roudaut, Sébastien Bohler, Pablo Servigne, Albert Moukheiber et Thibaud Griessinger avaient salué l’impact de la FdNR sur une telle entreprise.

En 2024, grâce au soutien de ces nombreux prescripteurs, la FdNR a eu le vent en poupe. De plus en plus de personnes témoignaient de leurs expériences. La FdNR a donc décidé de lancer son premier podcast “Raconte ta planète”, dédié au partage des récits conçus par les participants de l’atelier et donnant également la parole à des experts de la transition écologique et solidaire. On a alors relevé plus de 150 000 écoutes en moins d’une semaine. De quoi faire rougir le Shift Project ! 

Un succès qui n’a pas échappé à Arte, qui a lancé fin 2024 le tournage et la publication d’une série documentaire dédiée à l’aventure des fresqueurs. avec un focus sur la FdNR. En peu de temps, la FdNR a pris une portée mondiale. Elle a été traduite en quelques mois en plus de 15 langues et la communauté des animateurs est devenue internationale.

C’est ainsi que la FdNR a séduit de nombreuses personnes depuis la sortie de la série documentaire.

Une aubaine pour La FdNR qui se retrouvait prisée pour les séminaires de grandes entreprises. Les contacts avec le monde médiatico-politique se sont alors multipliés:  en janvier 2025, l’association FdNR a eu l’opportunité de présenter son atelier au Journal de 20h, en compagnie d’autres Fresques amies. La curiosité a alors grandi de plus belle autour de cet atelier et les sollicitations pour diverses interventions (podcasts, interviews, articles dans la presse, etc.) se sont enchaînées. 

En mai 2025, ont été dénombrés pas moins de 100 podcasts, 20 interviews et plus d’une 50aines d’articles consacrés à la FdNR depuis la création de l’expérience. Mettant massivement à disposition les récits imaginés lors des ateliers, ces “utopies réalistes” ont envahi l’espace public. Ainsi, à partir de fin septembre, les récits ont été diffusés dans les machines short édition des gares. Quelques mois plus tard, en décembre 2025, l’association FdNR avait 5 salarié.e.s à temps plein, un signe de plus du chemin parcouru depuis les débuts de cette aventure humaine.

Un événement a permis de mettre en lumière le travail sur les imaginaires effectué par la Fresque des Nouveaux Récits depuis le début de la décennie. En effet, à plus d’un an des présidentielles, le mouvement “On est prêt”, connu pour avoir contribué à la mise en place de la Convention Citoyenne pour le Climat en 2019, a lancé une campagne pour faire un état des lieux des imaginaires en France.

Quelques années auparavant, en juin 2020, un travail similaire avait été réalisé par l’ObSoCo au sortir de la crise sanitaire. Elle avait révélé que 3 imaginaires se faisaient alors face : l’utopie technolibérale, l’utopie écologique et l’utopie sécuritaire. A l’époque, si l’utopie écologique était déjà en tête, c’est l’utopie technolibérale qui était dominante au sein des classes dirigeantes. Quelle ne fût pas la satisfaction des initiateurs de la FdNR Laetitia, Alexis, Damien, Célia et Benoît, de voir que l’imaginaire véhiculé par la FdNR (et d’autres initiatives du même genre) était devenu majoritaire partout, y compris au sein des dirigeants du CAC 40 et de la classe politique !

Ce n’était pas complètement une surprise puisque les initiatives avaient véritablement explosé dans le sillage du développement de la FdNR mais aussi suite à la victoire au 2nd tour d’Emmanuel Macron face à Marine Le Pen en avril 2022. Cet évènement a en effet suscité un véritable sursaut citoyen car personne ne voulait voir l’adage “Jamais deux sans trois” se confirmer une nouvelle fois en 2027. En somme, cela vérifiait bien la formule du poète Hölderlin, maintes fois reprises par le défenseur de la pensée complexe Edgar Morin, “là où croît le péril, croît aussi ce qui sauve”.

Les initiateurs de la FdNR, ont dit à ce propos : “un tel résultat montre bien à quel point il est important d’ensemencer les imaginaires de futurs désirables et souhaitables pour tous. Nous ne nous arrêterons donc pas là!“.

Et force est de constater que la dynamique ne s’est pas arrêtée là et que l’effet boule de neige a bel et bien continué ! Ainsi, en février 2026, l’ensemble des acteurs de l’économie sociale et solidaire ont décidé, suite à un événement co-organisé par le Mouvement Impact France et le groupe B leaders France, de déployer la FdNR pour accélérer le développement de projets ancrés dans la Donut économie.

Ils ont été suivis quelques mois plus tard par l’ensemble des partis politiques qui s’en sont servis pour initier leur dynamique collective à un an des élections. Il était devenu clair que cet atelier était une excellente manière de lancer une aventure humaine ! 

Ainsi, le dirigeant d’un des grands partis français a indiqué que cet atelier était une manière de donner vie à la formule d’Allard-Poesi : “Pour qu’une organisation fonctionne, ses membres doivent converger vers des représentations communes, qui en tant qu’ “hypothèses de base” permettent de guider la pensée et l’action collective“. Il a même ajouté que cet atelier était le meilleur moyen d’élaborer une vision commune quant à un projet de société et d’éviter ainsi que les egos ne prennent le dessus sur l’intérêt collectif.

En ce 24 décembre 2026, la FdNR s’est donc empressée de relayer l’enquête IFOP sur son site internet et en a profité pour annoncer que la FdNR avait été jouée par plus de 100 000 pionniers de la transition depuis sa création et que les demandes de déploiement de l’atelier à l’international affluaient de toute part. Elle a conclu son communiqué en disant qu’elle souhaitait bien continuer à contribuer à faire de ce siècle non pas celui de la fin du monde mais le “siècle des liens” tissés entre les terriens grâce à des imaginaires ancrés dans la Donut économie, condition indispensable à la préservation d’un espace sûr et juste pour l’humanité, espace en équilibre dynamique entre un plancher social et un plafond environnemental.

Rendez-vous dans 5 ans pour voir comment la FdNR aura à nouveau contribué à changer le monde en continuant à transformer les imaginaires. D’ici là, bonne fête de Noël auprès de vos proches !