L'obsolescence du neuf

LinkedIn
Facebook
Twitter

Le nouveau récit du groupe de pionniers du 19 décembre 2023

Découvrez l’histoire inspirante de Caroline, qui nous prouve qu’une simple action peut déclencher une véritable révolution : de la couture à la sensibilisation écologique, suivez le parcours d’une femme déterminée à faire la différence et à changer le monde, une couture à la fois :

Beaucoup d’entre vous me disent “oui mais ça sert à rien moi je suis une goutte d’eau dans un océan, mon action ne sert à rien”. 
Aujourd’hui, je vais vous raconter l’histoire de Caroline et vous montrer que l’on peut toutes et tous être une Caroline. 

Un soir, Caroline suit une Fresque des Nouveaux Récits dans un café. Elle découvre ainsi que des ateliers de couture y sont proposés. En repensant à l’un de ses pulls lui tenant particulièrement à cœur, donné par sa grand-mère aujourd’hui disparue, qu’elle ne met plus à cause d’un petit trou au niveau du nombril, elle décide de s’y inscrire. Et voilà ! Ce petit atelier lui apprend les bases de la couture.
Dans la vie, Caroline a une entreprise de formation par le théâtre, axée sur la communication. L’atelier de couture a donné des idées à Caroline. Elle a trouvé cela tellement utile et basique d’apprendre à coudre qu’elle décide de proposer une nouvelle formation : des ateliers impro-couture pour rendre l’apprentissage ludique et accessible. Sa clientèle et ses partenaires adorent et sont de plus en plus à avoir la curiosité de se former.

Lors de La Fresque des Nouveaux Récits, elle a aussi rencontré Valentin et Nathanaël, tous deux animateurs de La Fresque du Climat. Ces derniers, emballés par l’initiative de Caroline, décident d’intégrer ces ateliers d’impro-couture dans leurs fresques pour illustrer l’idée de réparer plutôt que d’acheter du neuf.
Enfin, elle a également rencontré Nad, qui travaille dans un grand groupe, et qui un jour retrouvé Caroline au sein de son entreprise :
“Dans le cadre de son partenariat, j’ai un jour vu Caroline débarquer dans mon entreprise pour animer La Fresque du Climat.
Mon chef s’est dit que c’est l’occasion de valoriser l’un de nos labels : Quali Répar, qui vise à réparer l’ensemble des produits mis sur le marché. Il a profité de l’occasion pour faire une publication LinkedIn proposant que les entreprises devraient commercialiser uniquement des produits de seconde main d’ici à 2030. Grâce à son réseau important, notamment au sein de plusieurs collectifs, de nombreuses personnes influentes relayent sa publication. 
Ce “mini-buzz” fait l’effet d’un détonateur ! D’autres industriels se sont rendu compte que pour ne pas être dépassés, il fallait suivre le train en marche et privilégier la réparation de leurs produits, plutôt que l’augmentation des ventes de neuf.
Le gouvernement y va aussi de sa contribution, avec la création d’une taxe sur les produits non réparables en 2027 !”

Bon, vous l’avez compris, Caroline c’est moi !
J’étais vraiment émue quand j’ai vu mon petit programme créé 3 ans auparavant être décliné pour tous les niveaux et tous les types d’apprentissage. Je vois des petits garçons de 10 ans qui apprennent déjà à visser, et des femmes retraitées qui se lancent à réparer un micro-onde.
L’argent récolté via les taxes sur les produits neufs et non réparables permettait de financer de plus en plus de programmes de réparation et de récupération de matériaux.
Aujourd’hui, à chaque fois que je passe devant l’une de ses larges affiches publicitaires prônant la réparation, mes joues rougissaient. Ça donne presque envie d’avoir un pull déchiré par plaisir de le recoudre !

Laisser un commentaire